Zoom sur...

Objet de désir : l’Écrin rechargeable en porcelaine de Limoge Cha Ling

Avec Pauline, nous vous avons déjà parlé de Cha Ling. Mais comme pour toute belle marque, il y a toujours des choses à dire.

Aujourd’hui, j’aimerai revenir sur un aspect qui me semble indissociable de Cha Ling : son engagement éco-responsable.

L’histoire de Cha Ling commence lorsque Laurent Boillot Président de Guerlain se rend dans le Yunnan, en Chine, pour découvrir l’orchidée bleue Vanda coerulea, base de la gamme de soins Orchidée Impériale. C’est là qu’il rencontre Josef Margraf.
Josef Margraf est un biologiste réputé pour ses travaux sur la biodiversité. Il a dirigé pendant vingt ans en Asie du Sud-Est des programmes de reforestation pour le compte de l’Onu et de la Communauté européenne avant de s’établir dans les forêt du Xishuangbanna (Yunnan). Son rêve : protéger l’écosystème de ces forets aux arbres millénaires contre les spéculateurs et la culture extensive du thé qui déforeste des pans entiers de montagne.

C’est là qu’il rencontre Minguo-Li, jeune journaliste chinoise venue l’interviewer sur son grand projet. Ils se marient en 2000 et créént, en 2004, la fondation du « Centre de Tianzi pour le développement et la recherche sur la biodiversité ». Ils mettent alors en pratique leur rêve d’un nouveau mode de culture visant à protéger l’écosysteme et à reconstruire la biodiversité originelle des forêt du Yunnan : le « Rainforestation Farming ». Ils réussissent à convaincre des paysans d’abandonner la culture intensive du thé en terrasse qui détruit l’ecosystème au profit de la polyculture en forêt. En plus du thé, on y cultive désormais châtaigne, champignon, cardamome…
En 2006, Josef Margraf meurt soudainement. Mais sa femme n’abandonne pas pour autant leur rêve. Elle en parle à Laurent Boillot. Et de là part le projet de créer une ligne cosmétique à base de the pu’er et de reverser les bénéfices pour la sauvegarde de cette forêt. 2 ans de recherche dans les laboratoires Guerlain ont été nécessaires avant de sortir le premier produit.

Le thé Pu'er cultivé par Cha Ling

Le thé Pu’er cultivé par Cha Ling

Sur les 400 hectares de jungle reforestée grâce au projet de Josef et Mingo Margraf, 20 hectares sont dédiés au thé Pu’er de Cha Ling, un thé certifié Ecocert et cultivé selon la méthode de « jungle farming » précisée ci-dessus.

Pour compléter cette démarche, Cha Ling a fait le choix de formules courtes soit moins de 25 ingrédients (et à 95% naturelles). Juste le nécessaire. Les flacons sont réduits et adaptés au contenu. À quelques exceptions près, il n’y a pas de packaging et toutes les infos sur le site : liste INCI, conseils d’utilisation. On retrouve même des vidéos pour découvrir certaines gestuelles (notamment pour la Gua Sha).

Et pour pousser encore plus loin la démarche, Cha Ling propose désormais des écrins en porcelaine de Limoges rechargeables à l’infini.

ecrin rechargeable cha ling porcelaine de limoge

Chaque écrin totalement fait main par coulage et revidage porte le sceau Cha Ling et le motif infusion.

Pour découvrir le procédé de fabrication mis au point par Artoria, une authentique manufacture de Limoges spécialisée dans le flaconnage en porcelaine, le mieux est que vous visionniez cette vidéo.

 

 

Contrairement à ce qu’il y paraît, c’est un procédé très technique car la porcelaine est un matériau vivant qui se rétracte au cour de sa fabrication. Or elle doit s’adapter à un packaging plastique. Du plastique, certes, mais totalement recyclable.
Quant à la pièce qui permet de façonner les pots, elle est recyclée en diffuseur à parfum. Un bon exemple d’upcycling.

cha ling ecrins rechargeables

 

Pour l’instant, il existe 2 écrins en porcelaine adaptables aux 5 soins best sellers :
– le Pot en céramique rechargeable pour la Crème riche  et la Crème de nuit à masser
– le Flacon en céramique rechargeable pour Essence repulpante, le Soin gel et le Soin fluide

 En achetant une recharge on baisse de 70% son empreinte écologique par rapport à l’achat d’un format classique.
La marque s’engage également à planter un arbre dans la forêt du Yunnan. Depuis 2015, CHA LING a replanté 110 000 arbres à thé et 6 000 plants d’arbres d’autres essences.

 Êtes-vous sensibles à ce genre de démarche ? Ou est-ce quelque chose de secondaire quand vous achetez un produit ?

+ d’infos

Evidemment, le site web de la marque www.cha-ling.com sur lequel vous trouverez plein d’infos sur l’histoire et la vision de la marque ainsi que sur la fabrication des écrins rechargeables.

Mais aussi :
– sur Cha Ling et son implication dans le Yunnan
www.parismatch.com/Cha-Ling-l-esprit-du-the-en-beaute
– sur le projet de Josef et Mingo Margraf
www.parismatch.com/En-Chine-dans-le-jardin-secret-de-Guerlain

Créatrice et administratrice du blog.
Elle aime : les histoires de marque, les jolis packaging, et le bio qui ne ressemble pas a du bio

   

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts with Thumbnails

Un commentaire

  • julie10
    24 juin 2017 - 17 h 09 min | Lien

    coucou, je suis touchee par cette demarche car deja achete daniel jouvance avec des recharges de creme pour faire moins de dechets. bon nombre de marques devrait s’y mettre

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

    Why ask?

     

    Motorisé par: Wordpress