Les dimanches de Pure-Beauté

[Les dimanches Pure-beaute] #54 : A la découverte d’un instrument, la harpe celtique

DSC_0095

Un instrument de cœur

Cela faisait un moment que je voulais vous parler de mon instrument fétiche, ma principale passion : la harpe celtique.

Evidemment si en étant enfant il est facile de suivre plusieurs cours (danse, chant, peinture… et j’en passe) arrivé dans la vie active il faut souvent faire des choix et cela devient toujours plus difficile de faire rimer boulot (non pas avec dodo !) avec loisirs.

Néanmoins, une étude a démontré récemment que la plupart des français (plus de 70%) n’étaient pas prêts à renier leur passion pour autant et, faire du sport ou avoir une activité est selon moi crucial pour le moral !

Alors, ne nous laissons pas avoir par le temps… ou plutôt par le manque de temps.

Un peu d’histoire

La harpe est un instrument très très vieux qui était déjà joué sous la forme de lyre (comme dans Obélix !) par les grecs, les égyptiens et les romains. C’est en Irlande notamment qu’elle devient célèbre grâce au roi Brian Boru !  Instrument celte par excellence, ce sont durant la période médiéval, les hommes qui en jouent. Ils se laissent pousser les ongles et sont alors appelés des « harpeurs » (ça pourrait donner un petit côté death métal à la chose mais pas vraiment…) Au Moyen-Age, c’est de loin l’instrument préféré des princes et des rois. La harpe fait alors son entrée à la cour ! Durant la renaissance, elle change de visage suite à de nombreuses recherches pour lui donner la possibilité de jouer plus de mélodies. C’est comme ça que l’on arrive aux harpes classiques qui figurent dans les châteaux prestigieux des nobles tel Versailles. Les cordes sont désormais pincées avec la pulpe des doigts. Il faut donc se couper les ongles pour avoir un son mélodieux !

Attention cependant car il existe donc bien des types de harpe !

La harpe du roi Brian Boru, devenue emblème de l’Irlande et gravée sur les pièces du pays est une harpe troubadour ! Pour faire simple c’est une harpe celtique miniature proche de la taille d’une lyre.

La harpe enseignée au conservatoire est la harpe celtique. L’élève après plusieurs années est amené à passer sur la « grande harpe », classique.

 

harp_collection2

Mon expérience

J’ai choisis la harpe au son sur un enregistrement et ça a été pour moi un vrai coup de cœur.

J’ai donc commencé au conservatoire à quatre ans. Là vous devez vous imaginer une petite crapule derrière un immense instrument.
Et bien non ! A cet âge tout commence par l’initiation. En gros, pas question de toucher tout de suite à l’instrument.

Bien sûr j’ai dû me farcir les cours de solfège, véritable souffrance (ce n’est pas une légende).

On comprend après combien ils sont importants !

Après quelques temps, j’ai pu commencer à pratiquer. La harpe se joue avec 4 doigts, l’auriculaire n’est jamais utilisé (il devait pas trouver ça classe à la cour). On joue avec les deux mains. La main droite qui joue la clé de sol et la main gauche la clé de fa.

J’ai rapidement été amenée à louer une harpe pour pouvoir faire mes exercices à la maison. Bon ok, faut bien reconnaître que quand on doit déménager on aurait préférer avoir opté pour la flûte.

Pour débuter on vous propose un répertoire très basique, comme au piano. Mais j’ai été surprise à l’époque et avec un peu de pratique de voir que la harpe celtique se prêtait très bien à des morceaux jazz par exemple. (J’ai même joué des morceaux péruviens !) Vous ne couperez certainement pas au répertoire celtique qui est magique sur l’instrument.

Après 10 ans de conservatoire j’aurais dû passer sur une harpe classique ! C’est comme ça c’est la règle ! La dictature de la harpe classique est là ! Au conservatoire la harpe celtique est considérée comme un instrument de débutant, alors qu’elle est  « plus » difficile à jouer. La principale différence entre les deux, c’est qu’à la harpe celtique vous changez les dièses et les bémols à la main (sympa pendant les morceaux rapides…) tandis qu’à la harpe classique vous les changez grâce à des pédales au niveau des pieds. Le son est radicalement différent. Il s’agit selon moi de deux instruments à part.

DSC_0516

Les leviers à monter ou baisser pour changer les dièses ou les bémols

 

Bref, ne souhaitant pas passer sur une harpe classique car le son me plaisait moins et surtout parce-que je voulais jouer principalement un répertoire celtique j’ai quitté le conservatoire et j’ai pris des cours à domicile.

La harpe : c’est cher.

Je pense que ça pourrait facilement résumer une bonne partie des choses. Un cours de harpe de bon niveau coûtait alors à ma chère maman 80€. Oui je pense qu’on aurait pu prendre en photo mes doigts et les encadrer sur un des murs du salon étant donné leur prix  (j’aurais pu avoir des Louboutin rapidement à la place…). Aujourd’hui je donne des cours à prix très abordable et je trouve exagéré cette flambée sous prétexte que l’instrument est rare.

DSC_0096

Ma harpe en érable avec des cordes nylon

Si vous avez une envie folle de faire du shopping de harpe un dimanche (prévoyez quand même un gros budget hein…) vous pouvez vous rendre dans les quelques boutiques parisiennes qui en proposent :

Camac, 90 rue Petit 19ème arrondissement

L’instrumentarium, 35 rue Fondary 15ème arrondissement

Le magazin de la harpe, 3 rue du Général Lanzerac 17ème arrondissement

 Une petite démo ?

Vous l’aurez donc compris pour moi le dimanche ( et le lundi, mardi, mercredi…) c’est musique !

Vous avez peut-être déjà entendu de la harpe ?

Vous en faites peut-être aussi ? Vous avez été traumatisée par le solfège (ou par Nolwenn Leroy) ?

 Je serai ravie de lire vos impressions !

2 Commentaires

  • julie10
    9 août 2016 - 18 h 59 min | Lien

    coucou, personellement j ne joue pas d’instrument de musique, j’ai deja entendu de la harpe c’est plutot beau comme son

  • Chouca
    11 août 2016 - 8 h 37 min | Lien

    Superbe instrument . Bisous

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Motorisé par: Wordpress