Histoire cosmétiques

Petite histoire du savon

Je commence par vous partager une histoire que me racontait ma grand-mère. Pendant la seconde guerre mondiale était commercialisés des savons, qui lavaient mieux que les autres. Et il y avait de forte présomption sur leur composition qui comprenait il semble de la graisse humaine… Apparemment les infirmières guettaient les patients mourant bien gras, en pensant, « mmmm le bon savon ». Ma grand-mère horrifiée se jura de ne plus toucher à ce savon, sa mère, blanchisseuse l’utilisait car il lavait vraiment mieux que les autres.

fight-club

Ahhh, la bonne vieille cellulite, voilà une application qui la rend utile pour une fois, bon après l’idée a été reprise par Fight Club…

Comment c’est fait ?

Le savon c’est issu d’une réaction chimique assez simple, deux éléments :

  1. Un corps gras : huile végétale ou animal (ou humaine 😉 )
  2. Une base : soude, potasse.

Du coup on se dit qu’on pourrait bien le faire nous-même d’ailleurs, il y a plein de recettes sur internet pour en faire. Mais bon, manipuler la soude ou la potasse, ce n’est pas sans danger…

Comment ça lave ?

Le savon il est amphiphile, en gros il est polygame : il aime l’eau et l’huile. Donc sa partie lipophile (qui aime l’huile) va se fixer sur les molécules l’eau seule ne peut retirer, et sa partie hydrophile (qui aime l’eau) est emportée par l’eau.

Notre peau fabrique film hydrolipidique (composé de gras et d’eau) qui permet de protéger la peau, mais également de stocker les impuretés. Lors de la toilette, le savon dissout ce film hydrolipidique ce qui permet de nettoyer la peau. L’inconvénient c’est que le film hydrolipidique sert à protéger la peau et à retenir son eau. Le savonnage fragilise la peau, jusqu’à ce que le film hydrolipidique se reconstitue, au bout de plusieurs heures. Et puis le savon basique son pH est de 10 alors que notre peau elle a un pH de 5, donc il peut perturber l’acidité de la peau.

Je suis sûr que Louis XIV s’est servi de cet argument pour prendre aussi peu de bain dans sa vie !

Comment ça a été inventé ?

Pour obtenir du « vrai » savon, comme je vous l’ai décrit il faut de la soude et la soude ça pousse pas comme ça dans la nature, il faut attendre le XVIII siècle que l’on découvre la production de soude avec de l’eau de mer et que la fabrication de la savonnerie à froid prenne de l’essor.

Mais nos ancêtres n’ont pas attendu jusque-là pour se rendre compte qu’ils étaient sales et que se baigner dans le premier fleuve venu ça n’enlevait pas toutes les saletés, idem sur les vêtements !

Pendant l’Egypte ancienne, on se frottait le corps avec du natron et une pâte de cendres et d’argile. Pas si arriéré que ça comme idée, car aujourd’hui, on n’arrête pas de vendre les mérites bicarbonate de soude or le natron est du bicarbonate de soude  à l’état naturel. Les cendres, c’était la lessive de nos grand-mère (bon d’accord arrière-grand-mère), elles contiennent du potasse (potasse, potasse, j’ai déjà entendu ce mot quelque part ah oui, c’est une base utilisée pour faire le savon justement). Et l’argile, qui ne s’est jamais fait de masque à l’argile ?  Soit, beaucoup de masques vendus contiennent effectivement de l’argile qui a des propriétés purifiantes.

Puis après il y a eu les Sumériens qui ont justement décidé de mélanger l’huile, l’argile et les cendres et badaboum : on a une pate qui ressemble à un savon mou. (Ça, ça n’a pas l’air trop dangereux à faire).

Et enfin nos ancêtres les gaulois utilisaient un mélange de pâtes de cendres et de graisse animale (Et voilà, paf là c’est plus cruelity free) qu’ils appelaient « sapo ». Nous avons là l’étymologie du mot savon, dans la plupart des langues européennes.

Les savons connus

Forcément je vais commencer par le savon français « vegan » dans sa formulation originelle : cendres et huile d’olive qui rend le savon plus ferme, d’ailleurs. Le savon de Marseille. Il apparaît en 1371 et s’appelle Crescas Davin. Pour la petite histoire, mon grand-père quand il n’avait plus de dentifrice, il prenait le savon de Marseille, je n’ai jamais testé mais en tous cas je peux vous dire que mon papi Pierre avait de très belles dents.

800px-Savons_de_Marseille_002

Plus au sud au Portugal, nous avons le savon Azul e Branco comme son nom l‘indique il est bleu et blanc quoique plutôt jaunâtre. Il était beaucoup utilisé pour laver le linge dans les lavoirs des villages, laver les tapis et laver le sol.

800px-Azul_e_Branco

Encore plus au sud, au Maroc, le savon noir est largement rependu. Il est obtenu à partir d’un mélange d’huile et d’olives noires broyées et macérées dans du sel et de la potasse. Il est utilisé comme un peeling naturel.

Plus à l’est, en Syrie, nous trouvons le Savon d’Alep, il est à base d’huile d’olive et d’huile de baies de laurier. Il a été ramené en Europe après les croisades.

746px-Aleppo_soap_01

Remontons un peu, en Suisse avec le savon blanc, Bon en fait il n’est pas très blanc, il est plutôt jaune pâle on dit ça pour le distinguer d’un savon noir (pas celui du Maroc, un autre) qui était utilisé comme détergent. Il est à base de l’huile de tournesol, très doux, apparemment les princesses russes de passage près du Lac Léman aimaient finir leurs soins par un bain au savon blanc…

Ma sélection savons

On est très « savon » dans famille. Que ce soit pour les mains ou le corps je privilégie toujours le savon barre. Oui, c’est moins pratique, on aime bien se compliquer la vie mais aussi j’ai la vague impression qu’il y a moins de substances chimique dedans…

Savon crème Dove

dove

Savon rond Roget Gallet

RogerGalletsavons

Savon barre Bee Nature

savon_beenature1-300x300

Savon galet surgras Comptoir du bain

surgras

Savon Magique du Docteur Bonner :

magic soap

Idéale pour les bagpacker, il lave tout : le corps, les cheveux, les dents, le linge, on peut également l’utiliser en mousse à raser et déodorant.

Et vous, vous privilégiez le savon sous forme solide ?

7 Commentaires

  • spookey
    6 juin 2014 - 12 h 47 min | Lien

    Je n’aime pas le savon sous sa forme solide, j’ai peur que les bactéries prolifèrent et je ne trouve vraiment pas ça hygiénique. Et puis, tu as l’impression de gaspiller… Franchement, je ne suis pas fan !

  • 6 juin 2014 - 14 h 04 min | Lien

    J’adore le savon, je n’utilise plus que du savon d’ailleurs, depuis… que je me suis mise à faire du savon à froid moi-même! D’ailleurs, tu ne parles pas de savon à froid, connais-tu? As tu déjà essayé?
    Ah oui, et puis j’aime tellement faire du savon que j’ai lancé ma gamme (oups, je fais de la pub, c’est pas bien, tu peux supprimer mon message si tu veux^^), que je fabrique moi-même, du 100% naturel etc… Bref, si toi fan de savon tu veux tester mes petits savons à froid et en parler sur ton blog que je suis maintenant depuis plusieurs années… fais moi signe, ça sera avec un grand plaisir!
    A bientôt
    Flore de ARBAUREA

  • Fanny Fanny
    6 juin 2014 - 16 h 57 min | Lien

    Nous à la maison on a les 2 ainsi chacun peut choisir. Mais pour moi perso je préfère le savon (le bon) qui a l’avantage de ne pas me procurer des démangeaisons en sortant de la douche. Ce qui n’est pas le cas avec les gels douche…

  • julie10
    6 juin 2014 - 17 h 49 min | Lien

    bonjour, je me sers du savon tous les jours et plusieurs fois par jour pour me laver les mains, j’adore le savon dove, merci pour l’histoire du savon !!

  • 10 juin 2014 - 11 h 48 min | Lien

    Je ne connaissais pas le procédé des savons à froid !!!

  • 16 juin 2014 - 20 h 47 min | Lien

    Je ne connaissais pas l’existence du savon blanc, ni même celle de l’ingrédient secret de la Seconde Guerre (beurk).

  • Magalie
    8 juillet 2014 - 21 h 53 min | Lien

    Personnellement j’avoue que je préfère le gel douche 🙂 (j’adore l’odeur des produits Dove cela étant)

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Motorisé par: Wordpress