Beauté d'antan Histoire cosmétiques Parfum

L’ eau de Cologne : le succès

roger & gallet eau de cologne flacon ancien

© www.pure-beaute.fr

Selon Elisabeth de Feydeau «Quand les soldats de Louis XV ont rapporté pour la première fois l’Eau admirable (son nom d’origine) de la ville de Cologne (d’où son nom actuel), après la guerre de Sept Ans, les gens ont commencé à l’utiliser pour ses vertus tonifiantes et revigorantes»[6]. On pouvait s’en frictionner le corps, l’utiliser pour des ablutions, en mettre dans sa soupe… Certains médecins la prescrivaient même en injection! Le succès a été incroyable et d’autres firmes se sont donc lancées dans la fabrication.
Une célèbre Eau de Cologne, datant de 1792, est notamment encore vendue aujourd’hui : c’est la N° 4711 de Muelhens (baptisée du numéro de la rue de Cologne où elle était fabriquée au XVIIIème siècle).

En 1806, un descendant Farina ouvrit une boutique à Paris au 331 rue Saint Honoré et créa pour l’empereur un flacon célèbre en forme de rouleau pour qu’il puisse le glisser dans ses bottes de cavalier. En 1862, Farina céda son affaire à ses cousins par alliance, Armand Roger et Charles Gallet. Depuis, de nombreux parfumeurs se sont inspirés de la recette originale pour compter parmi leur gamme de parfum cet « incontournable » Eau de Cologne.

Outre Napoléon Bonaparte, Napoléon III et son épouse l’Impératrice Eugénie en était de grands adeptes. Pour preuve, la récupération qu’on en a fait par la suite. Le flacon ci-dessous date de 1918.

© www.pure-beaute.fr

Au XIXe siècle, l’eau de Cologne est devenue un classique et une importante concurrence règne entre les différents fabricants.

Cent ans après la création de l’Eau de Cologne, cette composition se vît en concurrence avec une quantité innombrable d’imitations que la famille réussit à faire interdire après de longs procès. Les poursuites judiciaires durèrent néanmoins près de 80 ans et cela eut pour conséquence la généralisation du terme Eau de Cologne.

Composition

L’alcool est la matière première la plus importante dans la fabrication des eaux de Cologne. Elle doit donc être de très bonne qualité. A cette base, s’ajoute bergamote, citron, orange, néroli, petit grain, parfois quelques aromates, et fleur d’oranger.

Le Codex français de 1937 donne, sous le nom de Teinture de citron, une recette traditionnelle d’eau de Cologne :

Essence de bergamote ………….. 10 g

Essence d’orange ………………. 10 g

Essence de citron ………………. 10 g

Essence de fleur d’oranger ……… 2g

Essance de romarin …………….. 2 g

Alcool à 90° ……………………. Q.s.p. 1000 ml

Néanmoins, de nombreux parfumeurs s’éloignent de plus de la formule primitive. On obtient alors des eaux de Cologne dites « fleuries » qu’il serait plus juste de qualifier simplement de lotion de toilette.

A partir de la seconde moitié du XXème siècle, les Eaux de Cologne donnent l’inspiration aux Eaux Fraîches. Ces dernières possèdent des fonds légèrement chyprés et des notes florales.

[6] E. de FEYDEAU, Jean-Louis Fargeon, parfumeur de Marie-Antoinette, Paris, Perrin, 2004

Autre sources:

GERARDIN, E., Comment l’eau des Hespérides devint l’eau de Cologne, in La Parfumerie Française, n° 11, 1916, p. 127-130

BOURGEOIS, Charles, Chimie de la beauté, Presses universitaires de France, Paris, 1960

UTESCHER, Ernst Aug., Der Mailand-Prozess. Dokumente und Argumente zur Geschichte des Kölnischen Wassers, Berlin, C. Heymanns, 1951

12 Commentaires

  • nadine
    17 janvier 2011 - 19 h 14 min | Lien

    J’adore le charme des flacons anciens!

  • tanagr
    17 janvier 2011 - 21 h 15 min | Lien

    J’aime beaucoup Roger Gallet.
    Merci pour toutes ces infos.

  • Etoile de mer
    17 janvier 2011 - 22 h 18 min | Lien

    Coucou ! 🙂
    J’attendais impatiemment cette suite, qui est vraiment très intéressante ! 🙂

  • Faby
    17 janvier 2011 - 23 h 25 min | Lien

    Merci pour cet historique.
    La marque Roger et Gallet s’inspire t-elle toujours des formules originales ?
    Les eaux de Cologne me rappelle ma grand-mère. J’ai toujours peur d’en mettre bien que je l’aimais beaucoup.
    A bientôt

  • 17 janvier 2011 - 23 h 49 min | Lien

    très instructif par contre je trouve que ça pue grave l’eau de cologne, ça sent le vieux ….

  • 18 janvier 2011 - 9 h 25 min | Lien

    @nadine : Tu avais vu mes articles sur les flacons anciens? http://tinyurl.com/6eed584 et http://tinyurl.com/6dlowo8

    @tanagr : je vais en parler un peu plus longuement rapidement. c’est dans la continuité ^^

    @Etoile de mer : Je suis ravie que ça te plaise

    @Faby : Bonne question 😉 Je vais en parler dans un prochain article. Mais je peux quand même dire que oui la recette actuelle (celle de la gamme Jean Marie Farina) est très proche de l’originale.

    @mme-beaute : attends mon prochain article sur le sujet, tu vas changer d’avis 🙂

  • 18 janvier 2011 - 9 h 52 min | Lien

    Hmmm…. Dans la soupe et en injection ??? Z’étaient pas bien nos anciens ! o_O

  • lili 1900
    18 janvier 2011 - 11 h 03 min | Lien

    Merci beaucoup pour la suite du feuilleton Eau de Cologne !
    C’est super intéressant de connaître l’histoire d’un produit comme ça qu’on connait depuis toujours.

  • Scène de beauté TV
    18 janvier 2011 - 11 h 24 min | Lien

    Rien de plus beau que les flacons à l’ancienne. Ils sont vraiment superbes, et certaines grandes marques devraient s’en inspirer plutot que de tenter de nouveaux packaging qui ne parviennent même pas à conserver le parfum correctement =/

  • 19 janvier 2011 - 0 h 36 min | Lien

    Toujours ravie d’en apprendre plus sur ton blog^^
    super travail de recherche dis^^

  • 27 janvier 2011 - 13 h 55 min | Lien

    Super, comme une nouille je viens juste de lire la suite de ton précédent article… c’est parce que je ne t’avais pas dans mon Reader mais uniquement sur FB. Bref, c’est désormais rectifié et merci pour cet article super instructif, j’adore !

  • Pingback: Histoire du parfum 2/2: du Moyen-Âge au monde moderne

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Motorisé par: Wordpress