Beauté d'antan Histoire cosmétiques Parfum

Quelques lectures sur le parfum

Comme j’ai peur que vous vous ennuyiez pendant les vacances, j’ai sélectionné pour vous quelques articles et textes sur le parfum. Bon… j’avoue moi-même, je n’ai pas lu tout en entier (200 pages d’un coup, par exemple, ça fait peut-être beaucoup) mais je vous conseille d’en lire quelques passages. C’est vraiment très intéressant.

Très récemment, un nouveau site these.fr permettant de faire des recherches assez poussées parmi les thèses de doctorat françaises. C’est une vraie mine d’or quel que soit le sujet que l’on recherche. Je suis même tombée sur une thèse concernant Desperate Housewives et le féminisme américain.

Représentations et usages du parfum (Aurélie Dupuy)

Résumé : Associés à la vie comme à la mort, à la beauté et au bien-être, aux soins du corps et aux plaisirs charnels, les parfums ont, de tout temps, occupé une place prépondérante dans la vie des hommes. Afin d’appréhender le parfum, évanescent, mais omniprésent dans notre société, il faut faire appel à ses origines, à ses représentations et à ses résonances physiologiques, culturelles et sociales. Le parfum demeure, en effet, porteur de significations et pénètre dans les sphères du sensoriel, des pratiques corporelles et du symbolique. Devenu produit industriel, le parfum dépasse le cadre de l’alchimie des senteurs. Cette recherche propose de mettre en perspective une possible dimension sociologique du parfum lorsqu’il est appréhendé dans sa globalité : représentations et usages, communication, conditionnement et publicité.

Le parfum au XIXe siècle, entre luxe et industrie (Eugénie Briot)

Résumé : Comme dans de nombreux secteurs, l’industrialisation de la production des articles de parfumerie au XIXe siècle transforme profondément ce marché. Elle pose également la question de l’identification ou non du parfum comme un produit de luxe au XIXe siècle.
Les innovations générées ou adoptées par les parfumeurs en effet, qu’il s’agisse de méthodes d’extraction nouvelles des matières premières ou de l’utilisation de corps odorants d’origine synthétique, vont dans le sens d’un accroissement significatif des marges dégagées sur la vente de produits dont les prix restent stables. Le passage d’une fabrication artisanale à une industrie du parfum semble ainsi s’accompagner d’un renchérissement relatif de ces articles.
Ce sont les pratiques industrielles et les stratégies commerciales mises en oeuvre par les parfumeurs du XIXe siècle, dans le contexte d’un marché particulièrement dynamique, que nous nous attacherons à analyser ; nous nous appliquerons notamment à examiner dans quelle mesure elles contribuent à maintenir un positionnement du parfum parmi ces produits de luxe qui triomphent à large échelle dès le Second Empire.

Parfumerie L. -T. Piver ; usine d’Aubervilleirs ; distillerie » © Ville d’Aubervilliers

Le parfum et la chair (Annick Le Guérer)

Résumé : De l’Antiquité jusqu’à l’orée du xixe siècle, le parfum reste profondément marqué par ses relations étroites avec la chair. Son histoire est celle d’une désincarnation qui a conduit à en faire un produit abstrait et un objet marketing. Cette désincarnation, au sens le plus propre du terme, touche le parfum lui-même lorsqu’il abandonne les produits animaux utilisés pour sa composition. Mais c’est aussi une désincarnation « fonctionnelle » dans la mesure où s’efface son rôle primordial dans la préservation du corps humain, celle du corps mort avec l’embaumement, celle du corps vivant avec la médecine aromathérapique. La production de parfums à partir de produits de synthèse n’est-elle pas alors affectée d’une perte de sens ?

Et si l’histoire des cosmétiques et des parfums vous intéresse, vous pouvez aussi aller voir sur Medic@, il y a tout plein de livres anciens numérisés sur le sujet. Et si je vous dis que c’est bien, vous pouvez me croire sur parole puisque j’ai participé à l’intégration des documents sur le site. Inutile de dire qu’on a fait ça très bien^^.
Si vous voulez voire de belles illustrations, je vous conseille le Livre des parfums, d’Eugène Rimmel.
Si vous voulez voir des recettes de beauté bizarres et dégoutantes, je vous conseille Toilette et Laboratoire de Flore de Pierre-Joseph Buc’Hoz. C’est une vraie petite merveille dans le genre.

6 Commentaires

  • AthenaSakura
    20 juillet 2011 - 17 h 58 min | Lien

    Je note je note, je suis une mordue d’ouvrages et d’écrits beauté !

  • julie10
    21 juillet 2011 - 10 h 22 min | Lien

    c’est un sujet interressant car j’ai toujours passionnée par les parfums

  • spookey
    21 juillet 2011 - 21 h 02 min | Lien

    Ah moi, j’aime surtout les illustrations, ça me fait toujours rêver… un peu comme un gamine ! lol

  • 22 juillet 2011 - 9 h 15 min | Lien

    @AthenaSakura : Je pensais bien que ça te plairait 😉

    @julie10 : Oui c’est vraiment fascinant comme sujet. l’évolution est assez impressionnante.

    @spookey : Non mais c’est bien aussi les illustrations ^^ Il y en a de magnifiques dans les livres anciens.

  • 25 juillet 2011 - 1 h 23 min | Lien

    Je vais me pencher un peu plus sur le lien que tu nous as mis, au cas où je m’ennuie un peu lol.
    Donc je note^^
    Merci à toi 😀

  • 15 août 2011 - 18 h 16 min | Lien

    Merci pour toutes ces références passionnantes ! Bises ^_^

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Motorisé par: Wordpress